Je me rappelle la première fois que j’ai commencé à m’intéressée aux couches lavables … je ne comprenais rien ! J’ai vite compris qu’il y a tout un vocabulaire associé aux couches lavables et que c’est une des premières clefs pour comprendre comment cela fonctionne.

Dans cette article nous allons donc vous expliquer le vocabulaire des couches lavables, les différents systèmes existants et le fonctionnement. Un autre article sera dédié à l’entretien et l’organisation quotidienne.

Sommaire :

Le vocabulaire
  • TE1 : pour Tout en 1 / Ce qui signifie que la couche est en une seule pièce. La culotte imperméable et l’absorbant sont liés. L’avantage est la simplicité d’utilisation, cela ressemble beaucoup à une couche jetable. L’inconvénient est que, à chaque change, c’est toute la couche qui doit être changée.
  • TE2 : pour Tout en 2 / Ce qui signifie que la couche est composée en deux parties. La culotte imperméable et l’absorbant peuvent se détacher. L’avantage est que vous ne changez pas systématiquement la culotte mais que l’absorbant. L’inconvénient est que cela demande de “préparer les couches” en les assemblant avant leur utilisation.
  • TE3 : pour Tout en 3 / Ce qui signifie qu’une 3ème partie peut être amovible. Mais peu de marques proposent cette option, l’avantage est encore une fois de limiter les lessives.
  • Langes, absorbants ou inserts (oui 3 noms pour dire la même chose !)/ C’est la partie de la couche qui absorbe l’urine et retient les selles. C’est le plus souvent un morceau épais de tissus qui est plié en 3 afin de maximiser l’absorption. Les langes peuvent être en coton, en bambou, microfibre, chanvre etc. Chaque matière a ses avantages et inconvénients, nous y reviendrons plus tard.
  • La culotte imperméable / Comme son nom l’indique, son but est vraiment de créer une imperméabilité entre le vêtement et l’absorbant. Elles sont du coup en matière synthétique pour la plupart mais certaines existent en laine.
  • Le voile polaire / En matière polaire il permet de créer une barrière contre l’humidité pour les enfants sujets à l’érythème fessier. Il n’est pas obligatoire et non systématique. Son utilisation dépend de la peau et de la sensibilité de la peau du bébé. Il se place au dessus du lange.
  • Le voile jetable / Optionnel, ce voile est la seule partie “jetable” de la couche lavable. Il permet de recueillir les selles et de les jeter aux toilettes plus facilement.
  • Le booster / C’est un booster d’absorption qui s’ajoute si l’on sait que on ne pourra pas changer la couche pendant un moment. Par exemple, une sieste ou un trajet en voiture conséquent peuvent nécessiter un booster. Ce sont les mêmes matières et principes que l’absorbant mais c’est plus fin (on ne le plie pas).
Comment cela marche ?

C’est finalement assez simple car on superpose les couches ! En version simple on met la culotte imperméable, dans laquelle on glisse le lange (pour les TE2 ou TE3). Puis arrivent les différentes options avec un booster, un voile polaire et/ou un voile jetable.

la [kaban] Family Concept Store, La Chaux-de-Fonds // www.la-kaban.ch

 

Pour fermer la couche il existe deux systèmes. Le premier est un système de boutons pression qui permet de régler au mieux la couche sur la largeur mais aussi sa grandeur. Le deuxième est un système de scratch, très simple d’utilisation mais il faut penser à les refermer lors du lavage.

Il existe deux groupes de couches lavables :

  • Les évolutives qui sont à boutons pressions. La couche grandit avec l’enfant. L’avantage c’est que vous gardez les mêmes couches jusqu’à la propreté. L’inconvénient et que lorsqu’ils sont petits, cela leur fait un bon popotin !
  • Celles qui sont par taille (type S, M, L). Chaque taille fait référence à une tranche de poids. L’avantage est que la couche est plus adaptée à la taille de l’enfant, comme les couches jetables finalement. Mais l’inconvénient est qu’il faut investir plus d’argent car l’enfant changera de taille au moins 1 fois.
Les matières principales
  • Le coton : c’est la matière versatile. Se lave bien, sèche bien, c’est ce que l’on trouve le plus facilement également. On l’a trouve facilement en coton biologique.
  • Le bambou : c’est une matière avec un grand pouvoir d’absorption mais les langes mettent plus de temps à sécher.
  • La microfibre : l’avantage est son temps de séchage court, idéal pour les personnes qui n’ont pas sèche linge.
Quand commencer ?

La réponse est très simple : c’est vous qui décidez !

De mon côté, j’ai commencé pour mon 2ème enfant lorsqu’elle a eu 1 année. Hélène a utilisé les couches lavables pour ses 3 enfants mais jongle aussi avec les jetables … bref, faites comme vous sentez, il n’y a pas de règle. Chaque geste que vous faites pour une meilleure empreinte environnementale est positif, nul besoin d’être parfait.

Le budget

Difficile de savoir combien de couches lavables prendre et quelle marque choisir. De notre expérience, le mieux est de commencer doucement en choisissant 3 ou 4 couches puis de tester. Est-ce que le système de fermeture convient ? Est-ce que j’aime bien cette matière pour les langes ou une autre ?

Pour savoir combien de couches vous avez besoin, il vous faudra calculer combien de fois par jour vous changer votre enfant. La moyenne est d’environ 6 dès 3 ou 4 mois. A raison d’une lessive tous les 3 jours, il faudra une petite vingtaine de changes :

  • 20 TE1
  • 20 langes et environ 3 fois moins de culottes pour les TE2 (on ne les change pas systématiquement).

Vous pouvez acheter des couches lavables neuves et/ou des couches en seconde main si vous voulez. Il y a généralement un bon choix sur le seconde main et vous pourrez vous aussi les revendre plus tard.

Vous verrez que c’est un investissement conséquent mais si vous calculez combien vous dépenserez en couches jetables, vous amortirez votre investissement entre 6 mois et 1 an suivant vos choix de marques. Et si vous avez d’autres enfants, il n’y aura plus grand chose à dépenser ! Le calcul est vite fait et je ne parle même pas d’impact positif sur l’environnement en choisissant les couches lavables !

Les autres types de couches et culottes

Il existe quelques autres types de couches lavables que je vais passer brièvement en revue ici.

  • Les couches lavables pour nouveau né / C’est une taille particulière que beaucoup de marques proposent. Elles vont de 0 à 3 mois environ et sont adaptés à leur mini gabarit. A noter qu’un nouveau né est très souvent changé, il faut donc un lot conséquent de couches entre chaque lessive. Personnellement, entre le chamboulement de l’arrivée de bébé et la fatigue, nous recommandons de commencer un peu plus tard. Mais ce n’est que notre avis 😉
  • Les couches de nuit / Lorsque votre enfant fait ces nuits (oui, oui cela arrivera !) il faut une couche qui peut absorber tous les pipis de la nuit, la couche de nuit propose ainsi un système un peu différent. Le lange prend la forme de toute la couche pour avoir une absorption maximum et on met une culotte imperméable prévue à cet effet. Effet gros popotin assuré mais nuit tranquille !
  • Les culottes ou boxer d’apprentissage / Votre enfant est prêt pour la propreté mais il y encore quelques accidents ? La culotte ou boxer est une alternative qui l’initie à l’autonomie tout en offrant une absorption légère pour parer aux petites fuites. La culotte s’enfile comme une culotte standard, mais dans le filet à l’intérieur, on peut placer un booster. C’est très simple et pratique !

la [kaban] Family Concept Store, La Chaux-de-Fonds // www.la-kaban.ch la [kaban] Family Concept Store, La Chaux-de-Fonds // www.la-kaban.ch

 

D’autres articles ici et ici qui sont très intéressants.

Nous sommes également disponibles pour vous présenter les marques avec qui nous travaillons à la [kaban] : Hamac et Petit Lulu.

Des questions, laissez-nous un commentaire ici ou passez en boutique !

Marjorie